La Giuva : coup de foudre à Vérone (Valpolicella) !

Dans: Fiches domaines Le: Commentaire: 0 Hit: 716

La Giuva, des vins de Valpolicella d'altitude, nets et frais.

Passant quelques jours dans la région du Lac de Garde, nous nous sommes arrêtés dans un restaurant dont la carte des vins était très alléchante. Au regard des vins français très pointus figurant sur la carte, c'est en toute confiance que nous prenons un vin local, au hasard, que nous choisissons pour l'attrait de l'étiquette (moderne et élégante) et le bouchage à la cire.
 
C'est donc sur "Il Valpo" 2018 du domaine de la Giuva que nous jetons notre dévolu. Lorsque chacun met le nez dans son verre, les regards ne trompent pas : "c'est quoi ce truc" ? Le nez est en effet très attirant, sur des notes de fraise, de poivre, de réglisse. La bouche n'est pas en reste : typiquement le vin qu'on termine d'un trait sans se lasser ! Jolies notes fruitées et épicées, c'est fluide et surtout très frais.
Vu le prix sur table, nous décidons dès la sortie du restaurant d'aller visiter le domaine, dont Waze nous dit qu'il se trouve à 20 minutes au nord de Vérone. 
 
La route monte et serpente. Les nuages font leur apparition. Au bout d'un chemin peu emprunté et caillouteux nous tombons sur une superbe demeure, dominant la vallée et les vignes. La grille est fermée, mais nous tentons notre chance. Apparaît alors un grand dandy sexagénaire qui semble étonné de notre intrusion. Lorsque nous lui indiquons que nous sommes français son regard s'éclaire et il nous invite à rentrer.
 
La discussion s'engage et nous apprenons que nous n'avons pas affaire à un inconnu en Italie. Le maître des lieux est Alberto Malesani, un ancien joueur de foot, qui est devenu entraîneur de Verone et Parme notamment. Il a gagné la coupe de l'UEFA en 1999 avec cette dernière équipe.
 
Cette même année, Alberto Malesani a affronté Bordeaux où il a visité quelques grands châteaux, dont Latour. Il est alors fortement impressionné par les chais et la qualité du vin et se met en tête de produire un jour son propre vin, dans sa région natale.
 
 


 
Alberto Malesani devant ses trophées, dont la coupe d'Europe 1999
 
 

C'est ainsi qu'après une grande carrière d'entraîneur, il revient dans la région de son enfance et crée le domaine la Giuva, au coeur du Valpolicella. Giuva étant la contraction du nom de ses deux filles, Giulia et Valentina, qui l'accompagnent dans cette aventure.

Quitte à se reconvertir, Alberto décide de tout faire pour le mieux, de réfléchir aux moindres détails, pour atteindre des sommets.

Son crédo est de produire des vins frais, droits. En anglais il utilise sans cesse le terme "clean" pour signifier qu'il veut des vins à la bouche nette.

C'est ce que nous démontre la dégustation de toute la gamme, dont les vins sont tous empreints de fraîcheur et d'une belle salinité, y compris l'Amarone, grand vin de garde qui peut parfois tomber dans la lourdeur. Il n'en est rien ici : ce vin certes ample et gras, est tendu, salin, minéral, d'une grande délicatesse.


Tout cela n'est pas le fruit du hasard.

Tout d'abord, les vins de la Giuva sont des vins d'altitude (350 mètres) traversés par des vents ondoyants et frais.
 
 
Vue sur la vallée depuis le chai
 
L'orientation est toute particulière, puisque les vignes, à flanc de colline, autour du chai, sont orientées au nord et à l'ouest.
 
Les pentes sont laborieuse et le sol très calcaire.
 
Tous les ingrédients sont réunis pour la production de raisins qui conservent de la fraîcheur.
 
 
 
Sols très calcaires
 
La culture est biologique (certification italienne ICEA), il n'y a pas d'amendement chimique.
 
Les vignes sont enherbées entre les rangs.
 
 
Les vendanges sont manuelles, en caissettes plastique.
 
Les vignes sont plantées en espalier, épousant les courbes du relief pour une bonne harmonie visuelle.
 
 
 
Côté vinification, il convient de rappeler que les vins de Valpolicella sont réalisés avec des raisins séchés après récolte. C'est d'ailleurs un long séchage qui confère ses lettres de noblesse aux grandes Amarone.
 
A la Giuva tout a été repensé pour abandonner les ventilateurs utilisés dans 99% des exploitations. Ils ont été déposées et les murs du chais remplacés par des ouvertures rappelant des persiennes.
 
C'est ainsi que le séchage naturel du vent, bien présent sur ces hauteurs, est assuré dans une immense pièce où les raisins sont entreposés dans les caissettes.
 
 
Les ventilateurs ont été déposés
 
 
D'immenses persiennes laissent pénétrer le vent
 
 
Le premier vin, très frais et juteux, "Il Valpo" est produit avec les raisins les plus frais du vignoble, qui sont séchés 15 jours
 
Précisons ici, que ce séchage n'a aucunement pour effet de confire les vins. Ici, les vins restent toujours frais et droits.
 
L'élevage se fait en cuve tronçonnique acier, à température externe naturelle.
 
Ce "Valpo" est le vin parfait pour accompagner avec classe une cuisine italienne simple. Il est frais, épicé, juteux.
 
 
Cuves tronçonniques acier
 
 
 
Le second vin "Il Rientro", a été sacré meilleur vin de Valpolicella par un guide italien.
(NB : Le guide slow food vient d'ailleurs de faire également honneur à Il Valpo pour sa sapidité).
La vinification est particulière puisque les raisins bénéficient d'un "appasimento" (séchage) plus long, soit 30 jours. Il sont placés dans des pressoirs où ils fermentent à 22/24°. Puis le jus est assemblé avec le valpolicella classique, à parts égales (d'où le nom "rientro", signifiant le retour.
 
Il est ensuite élevé 12 mois en fûts.
 
Le résultat est un vin d'une grande personnalité, alliant gourmandise, étoffe, moelleux, grande fraîcheur et tension saline en finale. Les notes de fruits rouges sont matinées d'épices, réglisse et cacao. Des notes crayeuses apportent une certaine noblesse. Vraiment un beau vin de gastronomie. Certainement à son apogée après 2-3 ans de garde.
 
 
Le chai très "clean" montre qu'Alberto n'est pas seulement fan de foot, mais aussi de vélo !
 
 
Enfin l'Amarone est issue des plus beaux raisins, longuement séchés jusqu'au mois de décembre, puis vinifiés 24 mois en futs.
 
Nous sommes face à un très grand vin de garde qu'on pourra comparer à quelques grands Châteauneuf-du-Pape. La matière est large, hyper soyeuse, avec des notes fines de cerise, et d'autres plus gourmandes d'épices et de cacao. Le tout n'est pas lourd, ni confituré, au contraire c'est d'une grande finesse, avec une longue finale ciselée et saline.
 
A réserver aux patients !

RETROUVEZ EN VENTE LES VINS DE LA GIUVA SUR VINOSSIMO.COM

Commentaires

Laissez votre commentaire

* Required field

Top